Tous les articles par Mano di dio

The Voice of the Spirits à Jazz à Vienne

Nous avons eu l’honneur et la chance de participer à la cérémonie œcuménique du 1er juillet 2018 à l’occasion du festival Jazz à Vienne.

Vous pouvez écouter la retransmission de la cérémonie ici :

Et pour vous transporter encore plus dans l’ambiance, voici le témoignage de Sophie :

Depuis le premier mail disant qu’on allait participer à Jazz à Vienne, une ambiance excitante s est emparée de nous,
Chanter avec d’autres personnes qu’on ne connaît pas, comment ça va se passer ?!… une minute après les premiers regards, on savait que les deux chœurs allaient se mêler facilement jusqu’à ne faire vraiment qu’un !
Remplis d amour et de cohésion, on s installe en mode chorale face à ces gens venus se recueillir et nous écouter.
Les guest nous envoient une pureté qu’on a envie de toucher, le quatuor à cordes nous encercle d émotion qui pince au niveau du plexus, le pianiste alors lui, nous balance de l énergie à grands coups de sourires,
Mais quand même, au moment où il faut sortir le premier son, c’est dans les yeux de la chef de chœur qu’on s accroche pour laisser sortir la note la plus juste et la plus précise possible.
Nos voix partent haut, le fond de l église est loin, normal c’est une cathédrale, fermer les yeux, et voilà on oublie tout ça la grandeur du bâtiment, le nombre de personnes en face de nous, peu importe, on se lâche ! Il paraît qu’ils étaient 2000…
Une force nous prend de la tête au pied, on chanterait encore longtemps si on ne nous arrêtait pas !
Merci

28 avril 2018 – Domarin : 1er concert d’un Festival, une page gospel s’écrit

Avant même de commencer à chanter, on sait déjà qu’on va vibrer sur des hautes fréquences,
Échauffement de la voix : Y a cette atmosphère joyeuse, un peu électrique qu’il faudra canaliser pour que ça sonne juste… Mais on sent que, ce soir, on en a sous la corde vocale !
Les nouveaux s’inquiètent de ne pas savoir sur le bout de la langue toutes les paroles, à nous de les rassurer en leur montrant comment surmonter cette difficulté : toujours suivre les gestes, les sourires, les regards de celle qui nous guide si bien
Le go est lancé !
Une nouvelle fois, l’émotion nous a envahis.
Voir les visages des spectateurs découvrant nos voix, choper l’émotion qu’on leur lance, recueillir leurs sourires, ramasser une larme échappée d’un œil sensible,
Entendre nos voix se mélanger jusqu’à ne faire qu’une, puis quand il le faut les aigües se détachent, les graves descendent encore pour contre balancer et entre les deux, les alti assurent la mélodie qui ira se coller dans les oreilles de nos auditeurs.
Nos messages porteurs d’amour ont l’air de passer, on reçoit de belles énergies en retour.
Nous voilà propulsés plus haut, on va chercher encore plus loin jusqu’à avoir mal aux abdos d’avoir soutenu des notes qu’on redoutait devoir tenir,
Se retrouver face à un public debout, ne sachant plus qui remercie l’autre à qui nous n’avons d’autre réponse que nos visages émus et un Happy Day dans la voix…

Quelques heures plus tard, encore sous le coup de ces beaux instants, ouuuups’ j’ai oublié ma toge dans la petite sacristie… Mais aucune inquiétude, je sais déjà qui va me sauver la mise ! Quel groupe extraordinaire, même avec beaucoup d’imagination, je ne crois pas que j’aurais pu le rêver aussi beau.

Sophie, choriste